L’aurore

Electre
Où nous en sommes ?

Femme Nar­sès
Oui, explique ! Je ne sai­sis jamais bien vite. Je sens évi­dem­ment qu’il se passe quelque chose, mais je me rends mal compte. Com­ment cela s’appelle-t-il quand le jour se lève, comme aujourd’hui, et que tout est gâché, que tout est sac­ca­gé, et que l’air pour­tant se res­pire, et qu’on a tout per­du, que la ville brûle, que les inno­cents s’entre-tuent, mais que les cou­pables ago­nisent, dans un coin du jour qui se lève ?

Electre
Demande au men­diant. Il le sait.

Le men­diant
Cela a un très beau nom, femme Nar­sès. Cela s’appelle l’aurore.

Électre, Jean Girau­doux — 1937

3 réponses sur “L’aurore”

Laisser un commentaire