Dossier et interview de 鬼 (Unreqvited / The Ember, The Ash)

3 juin 2021 | Musique | 0 commentaires

Aujourd’hui, nous allons partir à la rencontre du seul membre derrière Unreqvited et The Ember, The Ash. Le premier fait dans le Black atmosphérique très intimiste de par l’absence de paroles, les albums invitent tous à l’introspection. Le second, quant à lui, verse dans ce qu’on pourrait qualifier de Blackcore.

Les one-man bands ont cette particularité de pouvoir être au plus près de l’âme de leur créateur. Et force est d’avouer que maîtrise son art à la perfection. Rien n’est jamais en trop, et les albums arrivent toujours à nous surprendre, car ils fourmillent de détails éparpillés sur les multiples couches instrumentales. On en découvre encore après plusieurs écoutes, c’est dire!

est aussi particulièrement prolifique : en effet, depuis Disquiet en 2016, il ne s’est pas arrêté d’écrire un seul instant. En 2021, c’est même deux albums qui verront le jour: Fixation (The Ember, The Ash) le 14 mai et au moins d’août, c’est Beautiful Ghosts (Unreqvited) qui sortira. Je vais donc commencer par faire un bref tour de cette discographie riche en pépites. Et pour vous accompagner dans cette lecture, un extrait du prochain album:

Unreqvited

Disquiet

Sorti à l’origine en 2016 chez Pest Records, il a été réédité chez Prophecy Productions l’année passée. La première piste, logiquement nommée Birth, est une parfaite carte de visite de ce que propose Unreqvited. On y décèle déjà l’omniprésence du fatum, mais pas de pleurnicheries, plutôt un ode à la Vie elle-même, dont la condition d’existence est la Mort. L’écrasante cascade figurant sur la pochette semble peser de tout son poids sur la silhouette humaine qui malgré tout reste droite dans le tumulte.

Stars Wept To The Sea

Stars Wept to the Sea, c’était en 2018 chez Avantgarde Records. Personnellement, je trouve que le son de cet opus est un peu plus dur que le précédent. Prenez un morceau comme Anhedonia (l’anti-plaisir?) : les premières notes laissent penser à un morceau plutôt calme mais le fracas du Black prend le dessus après quelques secondes. Nous avons néanmoins droit à des touches, dirais-je angéliques, avec les vocalises féminines à la fin de Stardust.

Mosaic

Cet album se découpe en deux volets distincts, qui ont été écrits dans la même période de temps. Le 1er volet, L’amour Et L’ardeur de Mosaic sort en 2018 aussi, chez Northern Silence Records cette fois. La patte du Blackgaze est présente mais l’esprit qui y est distillé est très aérien, voire spatial. Quant à la couverture, une femme, dans des couleurs relativement chaudes, semble contempler un horizon.

Le second volet, La Déteste Et La Détresse, sortira chez Prophecy Productions en 2020. C’est vraiment un album-miroir à tous points de vue: la pochette est un négatif de la précédente (à l’exception du personnage qui semble masculin cette fois, et avec une posture plus combative), les titres ainsi que la musique elle-même portent des thématiques plutôt négatives.

Mosaic est sans doute l’oeuvre la plus exhaustive du groupe et sonne comme un bilan, une synthèse des sentiments traversant 鬼.

Rain/River

Ces deux EP ont été produits en 2019. Ils tiennent une place à part dans la discographie du groupe, car ils sont purement ambient, ce qui convient très bien dans les moments où l’on a besoin de se recentrer. Chacun fait 22 minutes environ, pour 5 pistes, qui s’enchaînent subtilement.

Empathica

C’est le dernier album du groupe, sorti aussi en 2020. Commençons par la pochette qui, à l’instar des précédents albums, annonce la couleur: des montagnes de glace, des rochers éclatés tout droits sortis de mondes fantastiques comme Icewind Dale (une contrée fictive de Donjons & Dragons). Cet opus débute par trois titres aux accents épiques.

Ils sont suivis de Crystal Cascade, aux accents davantage Black Sympho, puis de The Permafrost, montant en puissance pour finalement s’achever sur quelques voix éthérées qui semblent accueillir nos âmes dans un autre monde. L’album se clôture sur Dreamer’s Hideaway, un morceau au titre évocateur. Parce que c’est bien de cela dont il s’agit avec Unreqvited, c’est un refuge au milieu du tumulte de l’existence…

PS: vous pouvez retrouver une chronique plus exhaustive de cet album ici https://cretch.net/empathica-unreqvited/

The Ember, The Ash

Consciousness Torn From The Void

Là, pour le coup, changement d’ambiance… La facette plus sombre de se dévoile à nos oreilles. Le premier EP de The Ember, The Ash sort en 2019 et nous propose un Black atmo pur sucre à la composition extrêmement soignée. Les années passées à écrire de la musique instrumentale se sentent, nous n’avons pas affaire à de simples mélodies mais à de véritables paysages sonores. La présence de paroles confirme la plongée dans les abysses de la mort, jugez donc:

Now let this vessel be destroyed
Restore my consciousness to the void

Morning Star, Light Bearer
Carry my soul into the clouds
Morning Star, Light Bearer
Bury my body in the ground

He who Wove the Stars and Moons

Cet album est vraiment l’offrande d’une âme qui hurle sa peine à l’univers et qui en déchire l’essence. par sa voix torturée. La pochette est recouverte de tons gris, une sombre forêt et une lune décroissante complètement cet obscur tableau. À écouter drapé dans son linceul…

Fixation

Fixation est la sortie la plus récente du groupe, puisqu’elle date de mai 2021. L’évolution du groupe se poursuit puisqu’il prend clairement le chemin du Deathcore sur cet opus. Cependant, rien n’est rangé dans de petites cases chez , on sent des touches parsemées de symphonique, comme des échos lointains de ses autres productions, ce qui en fait un groupe tout-à-fait unique.

Niveau visuels, on retrouve la forêt de la pochette précédente, mais complètement dénudée, cette fois. Le nom de l’album est comme « gratté » sur le béton d’une cellule de prison ou plutôt d’asile. Comme sur le précédent opus, les titres entrent en phase totale avec la cover et on retrouvera la chanson-titre du précédent album en guise de fin, quelque peu remaniée pour notre plus grand plaisir.

Interview

Bonjour 鬼 ! Tout d’abord, je te remercie de m’avoir donné l’opportunité de t’interviewer ! J’espère que tout va bien de ton côté ?

Merci beaucoup de me recevoir. Je vais bien, j’essaie juste de m’occuper le plus possible pendant cette pandémie mondiale.

Unreqvited est un one-man band, tout comme The Ember, The Ash. Peux-tu présenter brièvement ces groupes à quelqu’un qui ne connaît pas ta musique et expliquer leur relation, le cas échéant ?

Unreqvited est mon principal exutoire musical que j’ai commencé en 2016. C’est le principal moyen que j’utilise pour exprimer toutes les émotions que je ne peux pas mettre en mots, et c’est principalement de la musique instrumentale qui se situe quelque part entre le black metal atmosphérique et le post-rock avec des éléments symphoniques. Je préfère généralement écrire de la musique instrumentale, mais les rares fois où j’ai envie d’exprimer quelque chose d’un peu plus spécifique, The Ember, The Ash est mon projet lyrique qui fait le lien entre le Metalcore et le Black Metal. Les projets n’ont pas beaucoup de relations entre eux, et je préfère qu’il en soit ainsi. J’aime avoir des projets radicalement différents pour lesquels je peux écrire de la musique en fonction de mon humeur.

Tu travailles actuellement avec Prophecy Productions (Les Discrets, Darkher, Lantlos, Antimatter…) pour Unreqvited et Prosthetic Records pour The Ember, The Ash. Appréciez-vous de travailler avec eux ?

Absolument ! Avant de signer avec Prophecy pour mes sorties 2020, j’hésitais beaucoup à céder ma propriété intellectuelle, car j’avais l’habitude de conclure des accords de licence avec de petits labels. J’ai été agréablement surpris par mon expérience jusqu’à présent avec Prosthetic et Prophecy, et j’ai hâte de continuer à travailler avec eux à l’avenir.

Tu as commencé à sortir de la musique en 2016 (avec Disquiet d’Unreqvited) et tu as sorti au moins un album par an avec tes différents projets, ce qui est assez productif. Ressens-tu l’envie d’écrire de la musique ? D’où tires-tu tes inspirations ?

L’écriture musicale est la seule chose dans laquelle je trouve vraiment du réconfort, et c’est donc ce à quoi je consacre la majeure partie de mon temps. J’aime tout simplement créer plus que tout autre chose, et c’est la raison principale de ma production musicale fréquente. L’inspiration peut venir de n’importe où, mais la créativité est quelque chose que je n’ai toujours pas réussi à canaliser à la demande. En général, j’ai une histoire ou un sentiment en tête avant de commencer à écrire, mais il m’arrive d’écrire des chansons en improvisant à la guitare.

Quels sont les groupes qui t’ont inspiré et donné l’envie de devenir musicien ?

Il faut remonter à l’époque où je commençais à m’intéresser à des groupes comme Avenged Sevenfold et Trivium, vers l’âge de 12 ans. Ce sont ces groupes qui m’ont poussé à prendre la guitare et à commencer à écrire ma propre musique. J’avais 20 ans quand j’ai commencé Unreqvited, et les principaux artistes qui m’ont influencé à l’époque étaient Alcest, Deafheaven, Xasthur, Ghost Bath et Woods of Desolation.

Je sais que 鬼 signifie fantôme. Est-ce une déclaration pour se cacher sous les rideaux de la scène afin que la musique soit le protagoniste principal ?

Essentiellement, oui. J’ai toujours pensé qu’une sorte de déguisement dissimulant les véritables membres derrière un groupe ajoutait un élément de mystère que je trouvais intéressant en grandissant et en découvrant des projets de Black Metal à un seul homme. Je n’ai pas délibérément entouré ce projet de mystère, il y a pas mal d’informations à mon sujet, mais lorsque j’ai lancé le projet, j’ai simplement pensé qu’un nom et un visage étaient bien moins importants que la musique elle-même.

En ce qui concerne les pochettes d’album, faites principalement de montagnes, de nature, de paysages nocturnes et stellaires, je pense qu’elles correspondent très bien aux humeurs de chaque disque. Qui les crée ?

Je crois que chaque pochette a été réalisée par un artiste différent. Ce sont tous des peintres et des graphistes que je suis sur les réseaux sociaux et dont j’admire le travail. Étant donné que je suis totalement incapable de faire de l’art visuel, c’est toujours un plaisir de collaborer avec des personnes immensément talentueuses dans ce domaine.

Le diptyque Mosaïc est sous-titré en français : L’amour et l’ardeur et La détresse et la déteste. L’utilisation du français a-t-elle une signification particulière ou s’agit-il simplement d’un jeu de mots ?

Le français est en fait ma deuxième langue, mais comme « la Déteste et la Détresse » n’est pas du tout du français correct, je pense que je le perds un peu hahaha. Ces titres me sont venus en français pour une raison quelconque, et je pense que je les ai choisis parce que j’aimais l’allitération « A&A » et « D&D ».

De plus, les titres, les morceaux et le son lui-même semblent se situer aux deux extrémités du spectre émotionnel, Eros et Thanatos… Cherchais-tu une sorte d’équilibre au moment d’écrire l’album ?

Ces deux albums ont été écrits ensemble au cours de l’année 2018 comme une sorte d’expérience thérapeutique pour moi-même. Toute la joie, l’amour, l’euphorie, etc. que j’ai ressentis pendant cette période sont allés dans Mosaic I, et toute la colère, la tristesse, l’anxiété, etc.  sont allées dans Mosaic II. Je ne travaillais sur ces albums qu’en fonction de ce que je ressentais. Le résultat est qu’ils s’opposent complètement au niveau du son, donc je voulais que les titres s’opposent également.

J’ai l’impression qu’Empathica est une sorte de théâtre acoustique, avec des actes, des transitions et un final. Dreamer’s Hideaway, la dernière chanson, est également très apaisante. Je me trompe peut-être, mais j’ai l’impression que tes disques sont autobiographiques. Es-tu ce rêveur qui cherche un refuge dans le chaos de l’existence ?

Absolument. Je suis un homme de peu de mots, et j’ai l’impression que je peux m’exprimer de manière bien plus éloquente à travers la musique que je fais. Comme je l’ai déjà mentionné, Unreqvited est le principal moyen que j’ai pour exprimer ces sentiments, et par conséquent, chaque album est une capsule temporelle pour un moment spécifique de ma vie.

Tu as fait quelques splits et collaborations avec diverses personnes (Sylvaine, Violet Cold, A Light in the Dark, etc… ) . Prévois-tu d’en faire d’autres ? J’ai aussi l’impression que vous appartenez tous à la même galaxie de groupes, une galaxie très unique. Partages-tu ce sentiment ?

J’ai vraiment aimé faire ces sorties séparées, et j’ai eu la chance de travailler avec de nombreux artistes que j’admire beaucoup. Ces derniers temps, je me suis concentré sur mes albums complets, mais j’aimerais bien refaire quelque chose comme ça dans un avenir proche. Il y a quelques artistes dans cette galaxie, comme tu l’appelles, avec lesquels j’aimerais travailler, mais j’aimerais aussi m’en détacher et travailler avec quelqu’un qui fait une musique complètement différente de la mienne.

Ton prochain album s’appelle Beautiful Ghosts. Avec sa pochette faite de fleurs rouges et blanches et ce qui semble être une méduse, j’ai l’impression que ce sera l’un de tes albums les plus « paisibles ». Peux-tu nous raconter l’histoire qui se cache derrière et les émotions que tu veux partager avec ton public ?

Je suis resté à l’écart des relations amoureuses pendant la majeure partie de ma vie, principalement en raison de la peur de l’engagement, de la peur des attentes et de la perte de temps que je veux consacrer à mon métier. Vers la fin de 2019, j’ai laissé tomber mes murs et laissé entrer dans ma vie quelqu’un qui a complètement changé ce que je ressentais à ce sujet. Cette personne était la muse responsable de la création de ce disque, et c’est la principale chose qui le distingue des précédents. Ma vision globale de l’album était de capturer, et dans une certaine mesure, de documenter mon expérience avec le sentiment unique de l’engouement et de l’attachement.

C’était la dernière question. Un dernier mot, quelque chose que tu voudrais dire à nos lecteurs ?

Merci beaucoup de me recevoir, et merci beaucoup à tous ceux qui ont soutenu Unreqvited au cours des 5 dernières années. Mon dernier album Beautiful Ghosts est disponible en pré-commande dès maintenant via Prophecy Productions, et je suis extrêmement fier de ce que cet album a donné. J’espère que vous l’apprécierez tous autant que moi <3

N’hésitez pas à faire un tour sur le Bandcamp d’Unreqvited ou de The Ember, The Ash pour vous procurer sa musique aux formats numériques ou physiques

Écrit à l’origine pour Metal Alliance Mag

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This