In the darkness (Dead soul)

Dead soul est un grou­pe de rock blue­sy venant de Suè­de. Leur album In the Dark­ness est sor­ti en 2013 et les thè­mes des chan­sons tou­chent sou­vent à la reli­gion,  l’auteur ayant bien bai­gné dans ce milieu étant plus jeu­ne. Le mor­ceau d’ouverture, Hounds of hell, nous ouvre les por­tes de l’album avec son ryth­me entê­tant et gras. Ils enchaî­nent alors sur Burn fore­ver, titre évo­quant la dam­na­tion éter­nel­le.

À la mi-album, The patient, on sem­ble entrer dans une sor­te de déli­re para­noïa­que, le pro­ta­go­nis­te s’entretient avec un psy, lui confiant qu’il res­sent quel­que cho­se de noir gran­dir en lui (et qui fini­ra par le dévo­rer plus tard). L’ambiance trip­py du mor­ceau col­le par­fai­te­ment à cet­te ambian­ce. Il est sui­vi de l’agité Dead hou­se, com­me si ce mélan­ge chaud/froid avait été cal­cu­lé pour ren­dre le mor­ceau plus per­cu­tant qu’il ne l’est déjà.

Puis arri­ve mon mor­ceau pré­fé­ré de l’album, Lost my will. La voix cha­lou­pée accom­pa­gné d’un tem­po lent ne peut que nous entraî­ner mal­gré nous dans les abî­mes en com­pa­gnie du per­son­na­ge.

Eve­ry lit­tle thing is going down the drain
If this conti­nues I’ll go insa­ne
My soul is bla­ck, my heart is set in sto­ne
I’m no good honey, I’m bad to the bone

Lost my will
Lost it along the way
And I’ve rea­ched the end
All I can do is pray

Lost my will

L’album se clô­tu­re avec Asy­lum, fai­sant écho aux deux mor­ceaux pré­cé­dents, le pro­ta­go­nis­te a fait face à ses péchés et l’absence de divi­ni­té l’empêchant de les absou­dre a ache­vé de le ren­dre fou.

Partager cet article?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur telegram
Telegram

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.