Ha, le Valais, Vieux Pays aux Vieilles Idées… Aux Creusets, le lycée où j’ai effectué ma maturité, il y a eu récemment un mini-scandale à propos de annulation d’un atelier sur l’homophobie. Comme il convient de toujours s’en tenir aux faits, alors mettons de côté la loi sur l’instruction publique et les opinions spirituelles propres de M Roduit. L’annulation a été faite en raison d’une problématique trop ciblée sur l’homophobie alors que la direction aurait aimé traiter le problème au sens large.

En outre, l’homophobie ne serait pas un problème au sein de ce vertueux établissement. Mettons que la direction soit de bonne foi. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il n’y a pas de problème d’homophobie, en effet, je vois mal quelqu’un étant persécuté pour son orientation sexuelle réelle ou supposée venir s’exposer en pleine lumière en dénonçant les faits à la direction. Peur d’éventuelles représailles, de ne pas être entendu, craintes de moqueries encore plus récurrentes,  sentiment de honte voire de culpabilité, etc… Nombreuses étant les raisons qui peuvent pousser une victime à garder le silence, la direction devrait chercher à favoriser un climat safe, au besoin avec l’appui d’associations spécialisées plutôt que de se voiler la face et prendre le risque de ne pas voir les drames avant qu’ils ne se produisent, sans compter l’effet « bombe à retardement » que peuvent avoir des pressions discriminatoires à l’adolescence.

Rappelons que c’était un atelier parmi 12 proposé dans le cadre des journées de la santé. C’était également le 4ème atelier le plus demandé par les étudiants. La demande est donc là, en outre la thématique cadre parfaitement au sein de ces journées alors un refus suscite forcément des questionnements. Du côté du département, le recteur est évidemment soutenu, Oskar Freysinger allant jusqu’à dire que Les psychologues ont besoin de malades pour pouvoir exister… plus ils créent de problèmes, plus ils auront de travail. M. le Conseiller d’Etat, si tout un chacun, y compris vous, a bien entendu le droit à son opinion personnelle sur les sexualités différentes, il faut laisser aux concerné-e-s le choix de dire si oui ou non il y a un problème. 

Enfin, j’aimerais conclure en disant qu’il ne suffit pas de mettre une belle déclaration dans ses règlements pour se prémunir de tout problème. La polémique engendrée par cette annulation devrait être une chance à saisir pour affirmer institutionnellement que l’homophobie et le sexisme n’ont aucune place dans le milieu scolaire. Il est tout à votre honneur d’avoir invité dans un second temps Mme Johanne Guex à présenter une conférence sur l’homosexualité. Mais pourquoi fallait-il donc que vous finissiez votre invitation par ou mieux, un débat contradictoire ? L’homophobie et le sexisme ne sont pas des théories qu’on réfute, ce sont des réalités qu’on combat!

Sources: RTS.ch, 20 Min, Le Nouvelliste 1, Le Nouvelliste 2, Sud EP
PS: L’image d’entête est bien entendu un photomontage

3 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.