Trump, TPMP ou la glorification de la bêtise

12 novembre 2016 | Articles | 0 commentaires

Etiquettes : haine | ignorance | racisme | Trump

Bon, je ne sais pas vraiment dans quel sens partir, ça fait quelque temps que je souhaitais écrire ce qui va suivre, je vous demande donc un peu d’indulgence si mes balbutiements se confondent en errements. En effet, comme d’ailleurs bien souvent sur ce blog, je me parle surtout à moi-même pour structurer ma propre pensée.  Le point de départ, c’est ce billet de Fran Sad, vont s’y greffer ça et là d’autres idées. Je me répète, mais je n’ai rien filtré, j’écris cet article comme il vient. Vous l’aurez sans doute remarqué au titre, qui ne veut rien dire.

Le premier constat avec lequel je suis forcément en accord, c’est qu’on vit à l’ère de l’information, et pourtant, on n’a jamais été autant désinformés. Ceci est dû à mon sens à deux points principaux: tout d’abord, la quantité d’informations et la rapidité avec laquelle elles s’enchaînent opèrent une sorte de censure par le nombre, de sorte que même dans le cas où il n’y aurait aucune fausse info en circulation, on ne pourrait mathématiquement pas prendre connaissance de tout. Le deuxième point problématique, c’est que pour être à même d’analyser ces informations, il faut avoir du temps (ce qui manque cruellement, en vertu du point précédent, vu qu’il faut aller chercher d’autres sources, pour recouper, tenter d’avoir une vue large) et un certain panel de connaissances. Je ne suis pas en train de faire dans l’élitisme ici, vu qu’on peut être docteur en physique quantique et être une bille en géopolitique. En outre, bien peu de gens sont capables d’admettre une limite à leurs connaissances…

On n’a donc ni le temps, ni les connaissances d’analyser tout. Pourtant, nous y allons tous de nos avis et de nos opinions, bien trop souvent avec émotion plutôt que raison. Et nous faisons pareil en face des opinions d’autrui, il en résulte un vortex d’incompréhensions mutuelles, un verrouillage de la communication qui est pourtant un élément capital pour ne pas déboucher sur les généralisations à outrance (« les arabes », « les UDC », « les socialopes », « les Américains », etc etc etc). Oui, je suis un partisan du Padamalgam, en prescription généralisée cependant. Pour autant, ce n’est pas une raison pour en faire une médication obligatoire. Bien sûr que ça me désole, que ça me rend furieux à l’intérieur d’entendre ou de lire des propos racistes, homophobes, sexistes et j’en passe et des meilleures. Réussir à faire taire ces personnes ne m’intéresse pas pourtant. OK, j’y gagnerais une certaine paix, mais ça serait cacher la merde du chat sous le tapis ou plutôt sceller une cocotte-minute sur le feu. Quand on fait ça et que ça finit immanquablement par exploser, on se retrouve avec des Trump ou Le Pen, gens qui n’auraient clairement pas autant de succès si tout allait bien.

Ce que je veux dire par là, c’est que vouloir interdire ces choses que j’exècre n’a tout bonnement aucune chance de réussir: on ne peut pas interdire une idée sans la renforcer en même temps. Par exemple, dire à l’Artiste Mal Pensant qu’il n’a pas le droit de faire ses dessins et faire en sorte de l’exclure de son école ne va pas produire comme résultat une remise en question profonde de ses au contraire, c’est armer le béton pour que l’idée soit encore plus dure à casser. Est-ce que vouloir annuler les concerts d’un groupe comme Peste Noire va empêcher quelques cons de commettre des actes violents et haineux? Aucunement, le net se chargera très bien de diffuser les morceaux. Et non, je ne suis pas pour un blocage de ce genre de contenu non plus, de toute façon c’est contournable en un tournemain… Encore une fois, j’ai bien conscience que ce sont des propos haineux au possible, mais c’est une sorte de fascisme que de vouloir lutter contre le fascisme en l’interdisant sans autre forme de procès. Nota bene: je me limite là à l’expression, à partir de l’instant où cela entre dans le monde réel et a des effets concrets sur la vie des gens, comme on le voit au lendemain de l’élection de Trump avec un regain d’actes violents

La volonté de dialogue mutuel me semble capitale et je parle bien de dialogue, pas d’échanges d’invectives ayant uniquement le but de détruire l’autre. Même le pire des racistes est un être humain et est à ce titre doté d’une intelligence qu’il ne faudrait pas négliger. Il faut tout faire pour rétablir le dialogue avec ce genre de personnes, pour tenter d’ouvrir une fenêtre vers un autre mode de pensée, car il faut bien avouer qu’à boire toujours à la même source, on finit toujours par croire que notre eau est la meilleure. Après, j’avoue que si la personne en face n’a aucune envie d’écouter et de tenter de comprendre, je n’ai pas vraiment de solution toute faite. Quand bien même je me tromperais et qu’il faudrait les censurer au final, cela ne va pas faire disparaitre l’idée comme par magie. Il nous faut donc réfléchir à d’autres moyens de lutter.

Cela me parait devoir passer tout d’abord par une incitation à s’élever. Non, je ne vous propose pas un trip spirituel, juste d’arrêter de polluer son cerveau avec des royales conneries telles que Touche pas à Mon Poste. Combien de fois ai-je lu « Mais j’ai bien le droit de me détendre à la fin de ma journée de travail ». Bon sang, fallait-il que ça soit avec cette bouse télévisuelle qui exalte la médiocrité intellectuelle?  Que vaut donc un peuple qui rit de voir un gars se faire glisser des nouilles dans le slip, une femme se faire embrasser la poitrine contre son gré, un homme croire qu’il est complice d’une homicide (en caméra cachée, super l’humour…). Comme pour ce qui a été cité plus haut, inciter à la déprogrammation de cette émission (de gaz toxiques) est une erreur, il vaudrait bien mieux de faire en sorte que les gens n’aient plus envie de la regarder. L’esprit mercantile d’Hanouna (car le fric est bien la seule chose qu’il l’anime) aura vite fait de comprendre que ça ne rapporte plus l’humour pipi-caca dont il fait montre dans son émission. Je rejoins là à nouveau Fran, l’ignorance semble être un mal bien répandu sur notre planète. Une photo de chaton se fera encenser sur les réseaux sociaux, un clash par YouTube interposé fera les gorges chaudes et l’attention monopolisée. Un sujet sérieux, s’il ne permet pas de cracher sur autrui, par contre, va juste être enterré sous les décombres du peu de dignité qu’il nous reste.

Enfin, j’ai ergoté bien longtemps pour que quiconque aie lu jusqu’ici, je crois bien… Je vais donc brièvement conclure par: Bordel, parlez-vous les uns les autres…

Addendum Depuis l’écriture de ce texte j’ai appris que le sieur Hanouna avait protesté à sa manière contre l’élection de Trump. Bon, c’est peut-être juste histoire de surfer sur le buzz anti-Trump mais comme quoi il n’y a pas que du contenu vide de sens. Mais ne criez pas victoire trop tôt, c’est une goutte d’eau face aux continents de conneries que j’ai pu voir. (Oui je me suis infligé plusieurs best-of de son « émission »)

 

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This