Toi, homme blanc cishétéro!

Pour peu que l’on soit sur les réseaux sociaux et qu’on aie des connaissances qui sont militantes, on sera forcément tombé sur cette expression. Certains commentateurs voient dans cette expression même une volonté de ségrégation hommes-femmes / blanc-noir, une attaque directe envers cette catégorie sociale. C’est aussi ce que j’ai longtemps pensé. En effet, dans certains textes, comme celui-ci, je pourrais très bien me mettre à craindre pour mon intégrité physique, si je le prends au premier degré.

Pourtant, on sait bien qu’en matière d’expression, il faut savoir décoder. Ce qui peut être dans certains cas assez difficile. Si on prend la citation ci-dessous, on pourrait se demander si Saez pense qu’il n’y a pas assez d’hommes féministes ou s’il juge que les féministes ne sont pas assez fermes dans leurs revendications. Il apparaît évident que l’utilisation du mot couille est faite pour provoquer, pour marquer les esprits.

Salut à toi femme au combat
Toi dont la lutte a pris la rouille
Comment te dire mais de nos jours
Les féminismes manquent de couilles

Précisons que l’affiche de l’album J’accuse de Damien Saez avait été jugée comme dégradante pour l’image de la femme. Il avait été pris à partie par une militante féministe dans l’émission Ce Soir ou jamais et lui répondit notamment que: Le débat c’est qu’on dit que le cerveau humain en est à l’état, aujourd’hui, cette photo-là, il ne peut pas la comprendre. Je crois qu’il en est de même pour le texte que j’ai cité plus haut comme pour d’autres artistes et textes de militants, dans un sens comme dans l’autre. Il y a manifestement un problème de communication résultant d’un manque de capacité/volonté. Si Florence Montreynaud (qui est une militante chevronnée) n’a pas compris l’affiche de Saez au-delà du premier degré provoquant,  si un homme cishétéro blanc ne comprend pas qu’il n’est pas visé par le texte de lundi.am, c’est parce que ce sont des symptômes du même genre d’hermétisme mental  ou bulle idéologique, devrait-on dire.

De plus, j’aimerais noter quelque chose qui me semble être une erreur stratégique dans les militantismes. Les textes comme celui dont on parle ici sont écrits par des concernés pour des concernés et c’est idéal pour galvaniser les troupes, favoriser un engagement plus prononcé des personnes faisant déjà partie du mouvement. Par contre il convient de garder à l’esprit qu’une personne lambda, qui n’a pas les codes et qui a l’impression (fausse) a priori qu’on tente tous les jours de le museler, ne va pas du tout comprendre le message de la même manière. Un simple mot écrit à la légère peut déclencher une véritable tempête de protestations qui occultera la cause au profit d’un stérile débat lexical. Cela est-il bien utile pour faire avancer la cause défendue?

On me répondra sans doute que militer ce n’est pas faire de la pédagogie. Je persiste à croire qu’il ne s’agit pas de convaincre des partisans actuels, mais d’en convaincre des nouveaux. Je veux bien admettre par contre que c’est épuisant de devoir ré-expliquer tous les jours des notions qui nous semblent aller de soi. On pourrait se dire que c’est aux militants de faire un effort. Ou pas. Peut-être est-ce là une tâche qui incombe aux personnes alliées/sensibilisées?

Un chat cishétéro

Enfin, à toi, homme blanc cishétéro qui m’aura lu par miracle jusque là, je vais m’adresser directement à toi. Si tu n’agresses pas les femmes, si tu ne te comportes pas de manière lourde, si tu n’as jamais violé, si tu ne dénigres personne en raison de son sexe ou de son genre, tu n’es pas un homme bien. Tu fais juste ce que tout être humain est sensé faire, tu n’as pas le droit à un cookie pour tes bonnes actions et encore moins à une partie de jambes en l’air parce que tu serais un mec bien (Hello le concept moisi de la friendzone)

Demande-toi plutôt si cela est bon de prendre comme représentant de toute une galaxie de mouvements  les personnes figurant sur les SJW cringe compilations qu’on trouve sur YouTube. Demande-toi si un problème que tu ne vois pas est un problème qui n’existe pas. Demande-toi si tu n’as jamais été témoin d’un comportement oppressif dans les transports publics que tu aurais pu empêcher. Demande-toi ce que tu peux faire pour que les choses s’améliorent plutôt que d’aller chercher des noises pour qu’elles n’avancent pas. Ha, et arrête de réagir au quart de tour dès que tu vois une phrase qui te choque. Finalement, ne deviens-tu pas toi-même ce que tu reproches aux féministes d’être? Un fragile qui est triggered par tout et n’importe quoi…

 

Partager

Laisser un commentaire