Taedium Vitae

Combler le silence éternel du cyberespace infini…

Telegram, Signal, WhatsApp, Threema, que choisir?

12 janvier 2021 | Articles | 0 commentaires

L’annonce récente des conditions d’utilisation de WhatsApp bien qu’inopérante en Suisse, a suscité de grands émois parmi les utilisateurs, même sans connaissances informatiques particulières. La peur de se faire siphonner davantage de données par les GAFAM couplée pour certains à des questionnements sur la liberté d’expression suite à l’éviction de Trump des réseaux sociaux traditionnels ont été les principaux moteurs de cette remise en question. Les alternatives existent bien sûr, encore faut-il savoir choisir dans cette jungle… 

On va tout d’abord poser une base: la plus grande faille de sécurité et de confidentialité, c’est l’utilisateur lui-même. Mots de passe trop simples et identiques sur tous les services, vie privée étalée en mode public, ajouts de mini-jeux en masse, etc… Tout ceci fournit quantité d’informations aux réseaux sociaux mais aussi à des gens de votre entourage. C’est sur ce point-là qu’il y a le plus gros potentiel d’amélioration, ne serait-ce qu’au niveau de la prise de conscience. Une fois ceci achevé, les considérations sur l’encryption des messages et la sécurité viendront toutes seules. Et il ne faudrait pas occulter qu’on pourra toujours contourner les protections, pour qui a suffisamment de moyens (par exemple, un gouvernement). En effet, des spywares existent et ont déjà pu casser les mesures de tous les logiciels de messagerie[1]Revue ICT Journal. C’est ce qui me fait dire que ce n’est pas l’argument principal à donner pour pousser les gens à abandonner WhatsApp.

L’obstacle principal à un basculement de masse vers un nouveau service est justement qu’il faut une certaine masse critique d’utilisateurs. J’ai 232 contacts sur Messenger,152 sur WhatsApp, 54 sur Telegram, 25 sur Signal et… 2 sur Threema. La répartition est probablement équivalente chez la plupart des gens. Pourquoi passeraient-ils d’un réseau où ils ont la plus grande partie de leurs contacts vers un qui n’en contient qu’une maigre fraction? Threema souffre d’une deuxième tare. Il est payant, bien que ce soit une some modeste (3 CHF) la plupart des gens ne sont pas habitués à payer des applications mobiles, sauf pour des cas d’ergonomie exceptionnelles ou de fonctionnalités avancées.

C’est à mon sens légitime de vouloir se défaire de la toile de Facebook mais pas pour les raisons évoquées plus haut. Si on s’inquiète des données que le géant bleu peut avoir sur nous, ce n’est pas tant nos conversations privées qui sont le danger, mais comment on interagit sur le réseau. Un like, le temps passé à la lecture d’une page, bref, le comportement alors de la navigation est bien plus précieux pour lui. Si c’est vraiment ça le souci, Messenger et WhatsApp doivent être shootés, mais aussi Facebook. Un pas que peu de monde est prêt à faire, malgré l’existence là aussi d’alternatives. Mais vu la masse d’utilisateurs et de services proposés par Facebook, le changement, s’il a lieu un jour, prendra un temps certain… 

En attendant, je pense qu’on devrait tâcher de ne pas avoir tous nos œufs dans le même panier. Le fait que Facebook possède Instagram, Messenger et WhatsApp rend ces services très sensibles aux pannes systémiques. S’il subit une panne prolongée, cela nous pose problème sur l’ensemble à chaque fois et bloque nos communications. Les bonnes pratiques informatiques nous conseillent la formule 1 utilisation  – 1 service. Il nous reste donc trois compétiteurs: Telegram, Signal et Threema. Ces services n’étant pas inter-opérables, un nombre d’utilisateurs trop bas ne permettrait pas un basculement et personne à part quelques irréductibles geeks de mon acabit, n’aime avoir plusieurs moyens de messagerie, surtout pour un tout petit groupe de personnes. Threema est donc pour moi perdant pour cette raison, bien qu’il soit apparemment le plus sécurisé. 

Reste donc la finale entre Telegram et Signal. Les fonctionnalités du premier me sont plus utiles mais pour une personne à l’utilisation moins poussée, Signal suffira sans doute amplement. Or, aucun des deux ne sont réellement en position d’hégémonie comme l’est WhatsApp. Mais même cette réponse-là me parait secondaire, car ce qui importe in fine, c’est d’aller vers moins pire que WhatsApp. Et là, il n’y a que de bonnes réponses… 

Notes

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This