Sparadrap et non-mixité

Pour ceux qui se seraient per­dus entre Mars et Vénus ces der­nières semaines, Il y a eu un mini-scan­dale en France qui est par­ti d’une décla­ra­tion de Rokhaya Dial­lo concer­nant la cou­leur des spa­ra­draps. J’aimerais ana­ly­ser un peu cette affaire et mettre en lumière le trai­te­ment média­tique qui en a été fait.

Pre­mière étape, donc, qu’est-ce qui a été dit au départ? Voi­ci l’extrait TV:

C’était une dis­cus­sion sur les ate­liers non-mixtes, où elle expli­quait que c’était des espaces pour que les gens concer­nés puissent s’exprimer libre­ment, sans crainte d’être moqués. Cer­tains com­prennent cela comme  “inter­dits aux blancs”, invo­quant le racisme et une haine des blancs.  J’y revien­drai. Donc voi­ci ce qui a mis le feu aux poudres:

Rien n’est pen­sé pour nous, ni les pan­se­ments, ni les coif­feurs, ni le fond de teint, on ne peut pas ache­ter nos pro­duits cos­mé­tiques dans les super­mar­chés, moi quand j’achète des lunettes, elles glissent parce que mon nez est creux, contrai­re­ment aux nez de la plu­part des per­sonnes qui sont d’origine occi­den­tale. C’est des petits détails comme ça qui vous semblent ano­dins mais qu’on peut dis­cu­ter sans être confron­tés aux rica­ne­ments ou aux com­men­taires dubi­ta­tifs

Qu’il y a-il de mal à récla­mer des pro­duits adap­tés à soi, acces­sibles faci­le­ment? Vien­drait-il à l’idée d’une maquilleuse de pro­po­ser un fond de teint blanc à une Congo­laise? Tous les pro­duits dont elle parle sont bien sûrs acces­sibles dans des maga­sins spé­cia­li­sés, ou par com­mande en ligne. Mais ce qui est deman­dé en toile de fond, c’est d’avoir un accès facile à ces articles. Repro­che­rait-on à des femmes de cor­pu­lence pour­tant nor­male de vou­loir des vête­ments à leur taille ailleurs que dans les maga­sins grandes tailles? On ne parle pas ici d’un groupe de per­sonnes anec­do­tiques, mais d’une bonne par­tie de la popu­la­tion occi­den­tale. La demande est légi­time, pré­sente un inté­rêt com­mer­cial, n’empêche per­sonne de mettre le spa­ra­drap qu’il sou­haite. Pour­quoi vou­loir abso­lu­ment pré­sen­ter cela comme une reven­di­ca­tion abu­sive, un com­bat pué­ril qui relè­gue­rait les vrais pro­blèmes au second plan?

Média­ti­que­ment, on a vu des anti et des pour, voire de la dés­in­for­ma­tion. Le prin­ci­pal article ayant tour­né est celui de Buzz­feed et est écrit de la main de la concer­née. Il lui a notam­ment été repro­ché de pes­ter contre la cou­leur de la com­presse elle-même, je vous sug­gère de lire le thread Twit­ter entier. Des jour­naux comme Valeurs Actuelles ou des “médias alter­na­tifs” Inter­net comme Fde­souche ont  relayé cette inter­pré­ta­tion. Des per­son­na­li­tés peu connues pour la sen­si­bi­li­té aux ques­tions raciales se sont éga­le­ment fait porte-voix:

Com­ment peut-on, en bonne foi, com­prendre cela comme une volon­té d’avoir une com­presse d’une autre cou­leur? Le blanc de la gaze se jus­ti­fie tout-à-fait pour des rai­sons médi­cales évi­dentes, elle parle juste de la cou­leur de la par­tie col­lante dont une varia­tion n’entraînerait en outre aucune dif­fi­cul­té sup­plé­men­taire pour le trai­te­ment.

De joviaux com­men­ta­teurs lui ont alors pro­po­sé d’arrêter de boire du lait, de faire chan­ger la cou­leur des Skit­tles, d’arrêter de s’asseoir sur des toi­lettes blanches. J’ai même vu quelqu’un (qui a sans doute oublié ses capa­ci­tés de réflexion en se levant ce jour-là) , sur un article suisse, lui sug­gé­rer d’utiliser du pan­se­ment pour che­vaux. Toutes ces per­sonnes sont res­tées blo­quées sur la consi­dé­ra­tion que Mme Dial­lo hait la cou­leur blanche… Est-ce qu’une per­sonne met­tant des chaus­sures taille 43 hait les per­sonnes qui font du 38? Est-ce qu’une femme ronde hait les maigres parce qu’elle veut des vête­ments à sa taille?

Tout cela ten­drait à mon sens à jus­ti­fier les réunions non-mixtes dont elle par­lait en début de vidéo. Quand tu as en face des gens qui ne cherchent pas à com­prendre le fond de l’affaire,  qui ne font que se moquer en iro­ni­sant de manière dépla­cée ou qui sous-entendent que les pan­se­ments pour ani­maux conviennent bien aux per­sonnes noires parce qu’ils sont comme eux, il est bien com­pré­hen­sible de vou­loir avoir au moins un espace où l’on peut s’exprimer libre­ment sans subir de pres­sions. Il va de soit qu’on ne peut pas se conten­ter d’un entre-soi et qu’il faut au bout d’un moment sor­tir de sa bulle pour aller débattre avec ses contra­dic­teurs.  Mais n’est-ce pas ce que fait déjà Mme Dial­lo tous les jours quand elle prend la parole sur les réseaux sociaux ou dans des articles de jour­naux? N’est-ce pas ce que font déjà les fémi­nistes quand elles sont dans la rue ou qu’elles répondent à un com­men­taire dépla­cé?

Par­mi toutes les dis­cus­sions que peut avoir une per­sonne antiraciste/féministe/etc.. com­bien peuvent être qua­li­fiées réel­le­ment de dis­cus­sions? Entre les purs trolls, les gens qui ne cherchent aucu­ne­ment à com­prendre, ceux qui res­tent figés dans de fausses inter­pré­ta­tions ins­til­lées par des médias aux pré­ten­tions jour­na­lis­tiques dou­teuses, il ne reste pas grand-monde pour s’attaquer à la ques­tion de fond. Et si nous redé­cou­vrions tous cette culture de la dis­cus­sion, qui implique éga­le­ment de sus­pendre, au moins pour un ins­tant son juge­ment a prio­ri? Si nous fai­sions tous l’effort de cher­cher un peu plus loin que le bout de notre nez et de savoir lire entre les fatales imper­fec­tions de lan­gage? Et bien, on pour­rait peut-être avan­cer…

 

2 réponses sur “Sparadrap et non-mixité”

  1. Je suis noire, il est presque minuit, demain c’est lun­di et j’ai eu le bonheur/le mal­heur de ne décou­vrir votre blog qu’un dimanche soir, d’habitude je ne com­mente jamais, mais aujourd’hui ce n’est pas comme d’habitude, j’ai ouvert un compte sur un autre réseau social et je me retrouve ici

    1. Bon­soir @Linuslinotte , je suis très content d’apprendre que vous ayiez pas­sé un bon moment ici. Si j’ai pu vous appor­ter quoi que ce soit de positif,c’était le but.

Laisser un commentaire