J’en ai marre du COVID

19 septembre 2021 | Articles | 0 commentaires

Cela fait plus d’un an et demi que nous sommes dans cette situation sanitaire. Le COVID n’est pas venu seul, il a amené avec lui l’anxiété, la frustration, le doute et quelques autres mignardises pas très savoureuses. Il faut avouer que la situation est en train de courir sur le haricot de tout le monde et la bonne volonté qu’on a pu avoir au début de la pandémie s’étiole de plus en plus pour laisser place à un raz-le-bol généralisé.

En entendre parler tous les jours, sous toutes les coutures, dans le train, au boulot, sur les réseaux, entre amis, a de quoi rendre chèvre. Cette saturation de l’espace par le COVID tend à augmenter le niveau de stress des gens et peut provoquer de véritables schismes dans une famille ou des bandes d’amis. Pour ma part, ma technique de survie a simplement été d’ignorer les propos excessifs et compatir, un verbe ma foi tombé en désuétude…

Je n’ai aucun doute qu’il faille poursuivre sur cette voie de l’entraide, du soutien et de la compassion. Cependant, il me devient de moins en moins supportable d’entendre des invectives de part et d’autre, des propos outranciers et irrespectueux comme passeport nazitaire, dictature, etc… Ces mots ont un sens et ne s’appliquent de loin pas à la situation présente. L’hyperbole a beau être une figure de style pratique en rhétorique, cela n’en fait pas un argument pour autant. On passera également sur les menaces de mort, plus ou moins explicites (voir la tribune de France Soir, promettant la Veuve, c’est-à-dire la guillotine à tous les médecins et politiques mentionnés dans l’article [1]Le Figaro, 4 septembre 2021. Rappelons à toutes fins utiles que France Soir n’est plus un journal à proprement parler depuis son rachat et le départ des derniers journalistes)

Que faut-il faire alors? Vos amis, vos collègues, votre famille sont des êtres humains tout comme vous, la grande majorité sont bien intentionnés, peuvent parfois parler trop vite ou dire des conneries. Et vous savez quoi? Ce n’est pas grave! Il y a bien d’autres aspects de la vie que la pandémie à partager, ne croyez-vous pas? L’évocation de souvenirs autour d’une bière en terrasse, une fondue partagée dans le confort de sa maison, un coup de téléphone, une partie de votre jeu de société préféré, et bien d’autres encore. C’est en cela qu’il faut rester soudés.

Mais ça ne fait pas tout. Dans cette pandémie, certains se sont sentis investis d’une mission, ne causant pratiquement plus que de ça, partageant 36 articles par jour, parfois même uniquement des captures d’écran du titre. Si je ne postulais pas l’honnêteté des gens, je pourrais penser que cela est fait pour focaliser sur les titres souvent volontairement clickbait, simplifier la pensée et empêcher de remonter à la source. Demandons-là systématiquement quand elle est absente, corrigeons les erreurs factuelles en toute bonne foi et bienveillance.

Et pour ceux qui partagent articles, affirmations, fuites d’information, il serait bon de souffler un coup, mettre autant, si ce n’est plus d’ardeur à débusquer le vrai du faux au sein des sources alternatives que vous le faites pour les officielles. En plus, vous saturez votre entourage, qui vont finir par ne plus vous parler et vous serez enfermé dans une magnifique chambre d’écho. Un boost pour la confiance en soi et le sentiment d’appartenance mais un péril mortel pour l’intelligence…

En outre, quelques personnes en manque de gloriole et avides d’argent savent parfaitement tirer parti de la situation. Qu’ils soient avocats, médecins ayant le temps d’écrire et de publier un ou plusieurs livres ou influenceurs complotistes en manque de donations, je leur en veux beaucoup à ceux-là. Prétendant se battre pour la vérité, ils ont juste contribué à répandre le brouillard et les dissensions sociales. Ah ça, pour peu qu’on considère l’honnêteté intellectuelle comme une chose secondaire et qu’on se moque des conséquences, c’est un business fort profitable.

Un petit mot encore, sur les actions plus concrètes. Pour ceux qui seraient en opposition avec le gouvernement, à quoi cela sert de récolter des signatures pour une pétition? Elle ne le contraint qu’à lire votre texte, même pas à y répondre. Pareil pour les manifestations, cela vous donne l’impression de faire quelque chose, ça soulage de pouvoir protester mais l’état recule-il à cause de ça? Faites un référendum en bonne et due forme, convainquez les gens, éjectez de vos rangs certains parasites aux idées fantasques qui viennent parler de marques de la bête, de complot pédophile, etc.. Vous n’en serez que plus crédibles.

Bref, aimez-vous les uns les autres, merde.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This