Gavé

5 juin 2017 | Textes | 1 commentaire

Je crois que c’est le mot qui convient à la perfection pour décrire mon état: gavé. Quand les nuits sans sommeil s’enchaînent, quand tu cogites bien au-delà des frontières du raisonnable, c’est comme si les portes de la folie s’ouvraient à ton esprit. Ou peut-être est-ce une forme de lucidité acérée, la fatigue entraînant le relâchement des épuisants mécanismes mentaux qui permettent d’habitude de supporter les vicissitudes du fardeau d’être humain. Je suis là, assis sur le rebord de mon lit, à enchaîner les clopes, ce suicide à petit feu semi-conscient. Ma face dans le miroir maculé de poussières semble être un reflet encore plus pâle de moi-même, comme si ce miroir me permettait de voir mon propre avenir.

Je ne sais pas d’où me vient cette angoisse existentielle, après tout , aucune raison d’être malheureux, d’autres sont dans un bien pire état que le mien. Et pourtant, je souris à l’idée de suivre les sentiers de la perdition… N’est-ce pas ce que dans le fond j’ai toujours été? Un gosse paumé et effrayé à la simple idée d’exister… J’ai eu beau chercher des raisons de continuer cette mascarade, mais je n’en ai trouvé aucune. Et si j’envoyais tout, tous et toutes paître? Après tout, on ne cesse de me conter que l’herbe est forcément plus verte quelque part. Mais si elle est si appétissante que ça, allez donc la brouter vous-mêmes! Moi, j’ai juste envie qu’on me foute la paix, j’ai juste envie qu’on me considère enfin avec une égale insignifiance que tous les autres vermisseaux grouillant ici-bas.

Et pourtant, demain, il y’ en aura encore d’assez fous pour me trouver une quelconque signification. Quelle est donc cette folie qui s’empare d’eux? Avez-vous donc connu si peu d’humains pour me trouver une saveur? Et dire que demain, je devrai à nouveau faire semblant. Revêtir à nouveau le masque infâme de la bonne humeur de circonstance. Jouer la comédie, encore, et encore et encore…

Image: Photo de Mateo Avila Chinchilla

1 Commentaire

  1. Linuslinotte

    Bonsoir, je lis et relis votre blog depuis deux semaines maintenant, ça doit donc être une folie. Je m’excuse si je vous offense en vous trouvant plein d’agrément et de charme sans même vous connaître, mais il y a des choses comme ça, je ne peux pas expliquer, pour le moment c’est au dessus de mes forces de ne pas venir ici, certains de vos textes (enfin je ne sais pas s’ils sont tous de vous) me touchent. À propos de ce masque infâme, il ne faut plus le porter(sûrement chose faite?), faire semblant ça fatigue énormément, j’ai dû faire intensément semblant pendant 11mois tous les jours de la semaine sauf les weekends, je ne vivais plus, tellement j’étais fatiguée, les samedis je les passais au lit à dormir pour récupérer, même mes zygomatiques me faisaient terriblement mal, je craignais une névralgie faciale. Le dimanche j’angoissais. Aujourd’hui ça ne va pas mieux mais je reste polie et authentique, je fréquente le moins de gens possible et ça aide. Depuis mars je lis à nouveau des livres, j’écoute de la musique et je me retrouve même à vous lire jusqu’à pas d’heure toutes les nuits. Vous faites partie de ma stratégie de coping et je vous en remercie . Là tout de suite j’espère que vous vous portez bien

    Réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This