Taedium Vitae
Combler le silence éternel du cyberespace infini...
Home Articles Coup d’État en Erdorganistan

Coup d’État en Erdorganistan

by cretch

La tentative récente de coup d’état avorté en Turquie n’aura probablement échappé à personne, pourtant les yeux restent braqués sur Nice, malgré un compte de morts largement supérieur et des conséquences autrement plus dommageables pour les résidents turcs et la politique internationale. Pour bien comprendre ces événements, il est bon de se rappeler que l’armée turque était jusqu’à très récemment (en 2010 plus exactement, suite à une réforme constitutionnelle initiée par… Erdorgan) la gardienne de l’héritage laïc et républicain de Kemal Atatürk.

On pourrait soutenir, à l’instar de la plupart des pays (ici, la Suisse) le gouvernement démocratiquement élu et légitime, tout en rappelant mollement la nécessité de respecter les droits de l’homme et arguant que la violence n’est pas un moyen décent pour exprimer son opinion. Erdorgan passerait alors presque pour un brave bonhomme contre qui les affreux putschistes se seraient injustement élevés.

Si cela était vrai, je ne crois pas que nous verrions une telle purge s’opérer. Les plus de deux cents morts n’ont pas suffi, il a fallu encore rajouter plus de 2’800 arrestations parmi les soldats, 2’700 juges, 8’700 officiels du gouvernement (surtout des policiers),  la réintroduction de la peine de mort ne serait pas sur les lèvres des anti-putschistes supporters d’Erdorgan, ce dernier ne démentant d’ailleurs pas (Le Monde)

En outre, la rapidité avec laquelle ces rafles ont eu lieu laissent penser à certains commentateurs que le Président aurait laissé faire voire aurait fomenté lui-même le coup d’état dans le but de gagner une assise et pouvoir effectuer une purge prévue depuis un certain temps (Courrier International). Quoi qu’il en soit, il a maintenant toutes les cartes en mains pour instaurer un régime autoritaire (Le Monde), virage qu’il a d’ailleurs déjà entamé depuis un bail, notamment à cause de son attitude vis-à-vis des médias (RTS.ch ou encore Libération), emprisonnant à tour de bras pour faire taire les voix dissidentes.

Image: Huffington Post

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More